CHRESTIEN DE TROYES (vers 1130-vers 1190).... - Lot 36 - De Baecque et Associés

Lot 36
Aller au lot
Estimation :
30000 - 40000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 58 000EUR
CHRESTIEN DE TROYES (vers 1130-vers 1190).... - Lot 36 - De Baecque et Associés
CHRESTIEN DE TROYES (vers 1130-vers 1190). [Le Manuscrit d'Annonay]. 16 fragments manuscrits de différents formats (en moyenne feuillets de 28 x 20 cm, parfois en feuillets-doubles), provenant d'un même codex. Premier quart du XIIIe siècle [vers 1220]. Défauts importants (trous, déchirures, découpes avec manques, taches), mais texte en général bien lisible. Quelques élégantes lettrines rehaussées en bleu et en rouge. Le tout placé dans une grande boite de conservation (60 x 45 cm).

Très précieux fragments de 4 oeuvres majeures de Chrétien de Troyes, l'un des plus illustres poètes du moyen-âge, fondateur de la littérature arthurienne et l'un des premiers auteurs de romans de chevalerie :
- Érec et Énide
- Cligès ou la Fausse morte
- Yvain ou le chevalier au lion
- Perceval ou le Conte du Graal.

Ils sont particulièrement précieux car pratiquement contemporains de l'écriture même de ces romans courtois (entre 1170 et 1190) et, en outre, très proches du manuscrit 794 de la BNF considéré comme le plus proche de l'original, ayant servi à l'édition de référence établie par Wendelin Foerster qui, le premier, publia les oeuvres complètes de Chrétien de Troyes.

C'est en 1933 qu'un bibliophile ardéchois, Paul Escoffier découvre, dans les reliures des anciens registres de l'étude notariale de son cousin Léon Boissonnet, un ensemble de feuillets médiévaux sur parchemin, d'une parfaite écriture typique de celle utilisée au début du XIIIe siècle. Les soumettant à l'expertise du professeur Albert Pauphilet, célèbre médiéviste, professeur de littérature française du moyen-âge à la Faculté de lettres de Paris, ce dernier découvre qu'ils sont les fragments d'un manuscrit de plusieurs oeuvres de Chrétien de Troyes, Cligès, Yvain et Perceval. Face à cette découverte aussi inopinée qu'extraordinaire, et à la qualité du texte, Pauphilet propose d'en faire une publication in extenso, sous le titre « Le Manuscrit d'Annonay » - nom qui lui est désormais attribué, avec transcription complète des 2275 vers et reproduction de tous les feuillets alors découverts.
Cette première découverte totalise 1365 vers du Cligès, 758 d'Yvain et 152 de Perceval. En 1937, de nouveaux fragments sont retrouvés ; ils contiennent 152 vers du Cligès et 304 d'Érec. Puis en 1951, une troisième et dernière découverte, met au jour 397 vers supplémentaires du Cligès et 300 d'Yvain (+ des fragments de 76 autres). Ainsi, ce sont plus de 3400 vers qui sont exhumés.

- Le texte complet d'Érec et Énide, écrit vers 1170, est conservé dans 9 manuscrits : Paris (BN ms français 375, BN fr. 794, BN fr. 1376, BN fr. 1420, BN fr. 1450, BN fr. 24403), Amsterdam (Bibliotheek van de Universiteit, 446), Bruxelles (Bibliothèque royale de Belgique, IV 837), Chantilly (Bibliothèque et archives du château, 472-626) et 2 sous forme de fragments (Sainte-Geneviève 1296, et Laigle)
- Yvain, écrit vers 1175-1181, est conservé dans 5 manuscrits de la BNF
- Cligès, écrit vers 1176, est conservé dans 7 manuscrits et 2 fragments.
- Perceval, écrit entre 1180 et 1190, est conservé dans 15 manuscrits (7 à la BNF, 2 à Londres, les autres à Florence, Berne, Montpellier, Mons, Clermont-Ferrand et Edimbourg).

Après les avoir complètement étudiés Albert Pauphilet, concluait à la « grande valeur de ce manuscrit » : « Tant par leur étendue que par la qualité du texte qu'ils nous offrent, ces fragments de l'un des plus grands écrivains du Moyen Âge présentent un intérêt de tout premier ordre, et l'on jugera sans doute qu'ils méritaient d'être mis à la disposition des chercheurs ».

Une analyse très complète de ces fragments est jointe, avec leur transcription intégrale et l'analyse de toutes les nombreuses variantes avec les autres textes manuscrits connus de Chrétien de Troyes, notamment Ms BN 794, 1374, 1420 et 12560 ; Tours 942 et Turin LI13.
Il est joint également toute une documentation et une correspondance échangée avec diverses institutions (notamment l'Université de Pittsburgh). Et un exemplaire des Mémoires Arthuriennes, contenant les actes du colloque des 24-26 mars 2011 à Troyes.

Bibliographie :
Albert Pauphilet. Le Manuscrit d'Annonay. Paris, librairie E. Droz, 1934. 76 pp. + 31 planches (avant-propos, transcription et reproduction en fac-similé).
Albert Pauphilet. « Nouveaux fragments manuscrits de Chrétien de Troyes ». In Romania, LXIII, 1937, pp. 310-323.
Louis-Fernand Flutre. « Nouveaux fragments du manuscrit dit d'Annonay des OEuvres de Chrétien de Troyes ». In Romania, LXXV, 1951, pp. 1-21.
Louis Boissonnet. « Comment des reliures des minutiers notariaux peuvent sauver des poèmes de littérature médiévale ! ». In Le Gnomon, revue internationale d'histoire du notariat, n°170, 2012, pp. 33-36
Keith Busby. « Mise en texte as Indicator of oral performance in old french verse narrative ». In Performing medieval narrative, pp. 61-71.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue