Max JACOB (1876-1944)

Lot 31
Aller au lot
Estimation :
300 - 400 EUR
Laisser un ordre
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Max JACOB (1876-1944)

Max JACOB (1876-1944). Important ensemble de 6 manuscrits autographes.
- Invocation. S.d. 2 pp. grand in-4, petites déchirures sans manque.
Texte sur les pêchés, sorte de mea culpa de Max Jacob, développé en 3 points : I. Le pêché est imputable à la faute d'Adam : « L'homme malgré sa nature mauvaise est donc coupable encore ». II. « Je suis plus coupable de pêchés qu'aucun autre 1° Parce que j'ai fait une philosophie au lycée et que j'ai appris a exercer mon esprit, a lire des livres de morale et d'analyse 2° parce que j'ai été favorise d'une conversion par Dieu [] 3° parce que vivant apparemment d'une vie chrétienne, mon pêché est un démenti a cette vie et se double d'un mensonge scandaleux 4° parce qu'ayant, par suite des circonstances nombreuses de ma vie, un plus grand nombre de regards fixés sur moi, l'exemple de mes pêchés est plus nuisible que l'exemple donne par quelque solitaire inconnu. 5° parce que mes pêchés sont des faiblesses et que toute faiblesse est animale [] ». III. « Comment sortir du pêché [] », réflexions qu'il développe en cinq paragraphes.
- La Mort. S.d. 4 pp. in-4, sur 2 feuillets chiffrés « 191+ » et « 192 » au crayon rouge. Sur la mort et sa vie dissolue. « Pureté et perfection, je vous évoque, je vous salue ! Voici l'âge qui vient et je dois penser que le moment de la mort se rapproche. Ou sera mon cadavre je n'en sais rien, mais un jour cette chair si vivante sera une pierre dure []. Peut-être ou demain ou dans quelques jours, je serai dans un lit d'hôpital ou dans cette chambre ou a Quimper chez mes frères. Voici je suis étendu la, j'attends la mort []. Dans quel état vais-je paraître devant mon juge : pas bien blanc après m'être laisse aller a toute ma chair, a ttes mes paroles sans surveillance, ss examen, a ttes mes méchancetés. Tu peux la voir ta vie : ton cynisme, ton impudicité, ton impudence []. Il est trop tard ! ta vie est pourrie ! []. Dieu ne pardonne pas le scandale et ta vie fut un scandale perpétuel []. Tu as transporte tes vices avec toi... Mon Dieu je suis un malheureux qui souffre d'être si mauvais élève et de se laisser entrainer aux abominations []. »
- Sur la souffrance. S.d. 1 p. in-8. « La souffrance est le moyen de conquérir Dieu []. La souffrance vient de notre attachement a la terre qui est démon []. Entrainons nous a bien souffrir. Mon Dieu affinez un peu mon coeur et mon corps afin que je souffre davantage et mieux. Donnez comme but a ma vie non le bien être et la foi mais au contraire l'acceptation des peines et des horreurs de la terre et la patience qui est une souffrance ».
- Petit texte sur l'Évangile. S.d. ¼ p. in-8. « Dans les noisetiers, dans l'étroit couloir des noisetiers qui protègent un sombre ruisseau j'ai trouve au trépied des branches un petit livre bien relie : il sera la source de mon esprit et de mon coeur : l'Evangile ».
- Méditation religieuse sur les tentations charnelles, ornée d'un petit dessin à l'encre représentant une jeune femme. S.d. 2 pp. in-4. « Imagine la beauté, la noblesse, la bonté des êtres, leur amour les uns pour les autres, leurs propos empreints de perfection, de science, d'élégance et d'art. O mon Dieu est-ce que je vous ai assez servi pour avoir droit a une place en cet univers. Je sais combien je suis sensuel et égoïste []. Quel orgueil se mêle a mes meilleurs essais. Je connais mes besoins humains de chair et je sais votre miséricorde a cet endroit. Je ne suis pas saint mais vous connaissez les douleurs d'une vie de pauvreté, d'humiliations, de moqueries, de dépendances, d'asservissements, de faiblesses. Vous savez que j'ai donne plus que je n'ai reçu, que je n'ai pas désiré la richesse outre mesure [] ».
- Manuscrit autographe. S.d. 2 pp. petit in-4, portant le chiffre « 218 » au crayon rouge.
Véritable examen de conscience sans ménagement. « C'est l'homme abominable qui vient vers vous [] ce qui est effrayant c'est d'avoir recommence tous les jours depuis qu'on est au monde. La vie est un pullulent pêché, le regard est un pêché, les paroles sont un pêché, les gestes sont des pêchés pour moi en tout cas []. Est-ce que mes instincts ne m'ont pas jeté sans volonté dans toutes les plus basses ignominies []. Guerissez-moi de la bêtise []. Si je vivais de l'esprit je n'aurai pas besoin de vices pour me distraire []. Et la paix avec les éditeurs []. Non je ne suis pas bon, je suis sensuel et orgueilleux []. j'ai désiré le mal des autres []. Je suis bas et grossier, rustique, ignoble []. J'aime le luxe, les gens de luxe, les arts. Je suis fier de mes relations. Non je n'apporte pas la paix ; je médis. Je me moque, je suis emporte, grotesque, irréfléchi, indompté []. Et je suis intéressé et orgueilleux. Je ne pense qu'a l'argent [] ».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue