Adam Dircksz et son atelier Comté de Hollande,...

Lot 114
Aller au lot
Estimation :
5000 - 8000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 68 000EUR

Adam Dircksz et son atelier Comté de Hollande,...

Adam Dircksz et son atelier
Comté de Hollande, Pays-Bas septentrionaux, c.1500 -1530
Noix de prière s'ouvrant sur une scène de Nativité
Boule en buis composé de deux demi-sphères à charnières finement sculptées et ajourées s'ouvrant sur une scène centrale assemblée sur un fond,
Montures en forme de fleurs en métal argenté et chaîne avec anneau
Diamètre : 3,5 cm. Objet ouvert L. 7,5 cm AL-EJ
Inscriptions latines en bordures intérieures :
-Autour de la Nativité : " Et tu Bethlee(m) terra luda neq(u)a(quam) minima es i(n) principib(us) luda " : Evangile selon Matthieu, 2.6 : Et toi, Bethléem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda.
-En face : " O Domine Jhesu Xriste suscipe spiritvm mevm " : Acte des Apôtres 7/59 : O seigneur Jésus Christ, reçois mon esprit.
Une micro scène sculptée pour l'intérieur manquante

Provenance:
Collection privée anversoise

Littérature en rapport :
-Ellis, Lisa and Suda, Sasha (Eds). Small Wonders: Gothic Boxwood Miniatures, catalogue de l'exposition tenue du 5 novembre 2016 au-22 janvier 2017. Toronto, Art Gallery of Ontario, 2017.

Outil de référence :
http://boxwood.ago.ca/object/nativity-adoration-magi


Prodigieux ! Tel est le premier adjectif qui vient à l'esprit lorsque l'on prend dans sa paume de main ce rarissime objet de dévotion en buis délicatement sculpté, appelé " noix de prière ". Sa dénomination historique était " pomme de prière " en souvenir du fruit du Paradis et du sacrifice du Christ pour sauver l'humanité de sa désobéissance originelle.
Ces sculptures miniatures produites dans les Pays-Bas septentrionaux en pleine expansion économique au tout début du XVIème siècle ont suscité, dès leur création, une admiration proportionnellement inversée à leur échelle minuscule.

Les extérieurs des deux sphères réunies par une charnière ont été évidés et ajourés afin de présenter un décor s'inspirant de l'architecture gothique flamboyante : des motifs de remplage formant un réseau de mouchettes et rosaces aux intérieurs trilobés. Les têtes des dômes sont ornées de montures en forme de fleur, et, l'une d'elle est fixée à une chaîne finissant par un anneau afin que la noix soit portée suspendue à la ceinture. Une fois celle-ci ouverte, on découvrait à l'origine deux scènes miniatures encadrées par deux inscriptions latines (avec abréviations). La scène conservée présente une Nativité à six figures assemblées ensemble selon un procédé invisible à l'oeil nu : La Vierge et Joseph entourant l'enfant Jésus, accompagnés de l'âne, du boeuf et d'un ange. Elle est entourée d'une inscription extraite de l'Évangile selon Matthieu, 2.6 : Et toi, Bethléem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda. La scène manquante était illustrée par le texte tiré des Actes des Apôtres 7.59 : O seigneur Jésus Christ, reçois mon esprit.

Ce petit objet extraordinaire appartient à l'Oeuvre d'un atelier que les historiens d'art ont appelés l'atelier d'Adam Dircksz en référence à la seule oeuvre signée redécouverte. L'atelier installé dans le Comté de Hollande, comme l'atteste le lieu d'origine étudié des tous premiers acquéreurs connus, s'est spécialisé dans la production de micro-sculptures en buis, des retables miniatures, chapelets et rosaires et - grande nouveauté- des noix de prière pendant une très courte période courant de 1500 à 1530.

Bien que de tailles et de formes assez uniformes, toutes les noix de prières sont originales. Elles présentent des décors extérieurs uniques, en motifs d'entrelacs ajourés inspirés de l'architecture gothique, la délicatesse de pièces d'orfèvrerie et des scènes bibliques aussi riches et détaillées qu'une enluminure. Cependant certains modèles iconographiques et certaines inscriptions sont repris d'une oeuvre à l'autre : on peut ainsi rapprocher notre petite scène de Nativité à celle de la noix de prière conservée à Madrid (The Thyssen-Bornemisza, inv n°K79A). Les personnages principaux, très analogues aux nôtres, sont cependant intégrés dans une scène plus élaborée, entourée de la même inscription : Et tu Bethlee(m) terra luda neq(u)a(quam) minima es i(n) principib(us) luda ". Il semble que cet extrait de l'Évangile de saint Matthieu soit l'un des textes communément choisis par l'atelier pour accompagner les scènes de Nativité comme on peut le voir sur d'autres oeuvres .
Ces inscriptions latines servent de légendes aux scènes avec lesquelles elles interagissent comme aide-mémoire, pour une expérience dévotionnelle complète. Si texte et image sont associés de manière codifiée, il est alors peut-être possible d'identifier le sujet de la scène manquante qui était encadrée de l'inscription issue de l'Actes des Apôtres encore visible : O Domine Jesu Christe suscipe spiritum meum.
Cette légende écrite avec de nombreuses abréviations
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue