LES HACHE, UNE DYNASTIE D'ÉBÉNISTES EN PROVINCE


De Baecque et associés présentera lors de sa Grande Vente de Mobilier et Objets d'art ce 26 novembre à Lyon, une suite de trois meubles issus de trois des membres les plus illustres de la dynastie d'ébénistes Hache.
Une occasion unique de se confronter au style remarquable de cette famille d'artisans et de l'évolution des goûts et des techniques au cours du XVIIIe siècle.
 

Thomas HACHE (1664-1747)

Petite commode à façade légèrement galbée. Vers 1710-1715
H. 88 cm – L. 112 cm – P. 69 cm
Bibliographie : Pierre et Françoise ROUGE, Le génie des Hache, Éditions Faton, Dijon, 2005, n°82, p. 217

Estimation : 30 / 50 000 €

Pierre HACHE (1703-1773) dans l'atelier de Thomas HACHE

Grande commode galbée en arbalète, estampillée sur les tiroirs "HACHE A GRENOBLE" /Type IIIC'. Vers 1735-1745 H. 82 cm - L. 130 cm - P. 64 cm
Bibliographie : Pierre et Françoise ROUGE, Le génie des Hache, Éditions Faton, Dijon, 2005, n°122, p. 266

Estimation : 40 / 60 000 €

Jean-François HACHE (1730-1796)

Bureau à lamelles obliques estampillé HACHE FILS A GRENOBLE, étiquette V. Vers 1769-1771
H. 104 cm - L. 164,5 cm - P. 95 cm
Bibliographie : Pierre et Françoise ROUGE, Le génie des Hache, Éditions Faton, Dijon, 2005, n°286, P. 494
 
Estimation : 20 / 30 000 €
































LES HACHE, UNE DYNASTIE D'ÉBÉNISTES EN PROVINCE

À partir du milieu du XVIIe siècle et jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, alors que l'ébénisterie parisienne connaît ses maîtres les plus prestigieux, Noël Hache, originaire de Calais, puis ses descendants, Thomas, Pierre, Jean-François et Christophe-André, installés à Grenoble, composent une dynastie d'ébéniste dont le talent et l'invention rivalisent avec les maîtres du faubourg Saint-Antoine.

Consacrés dès 1721 avec le brevet d'ébéniste du duc d'Orléans accordé à Thomas, les Hache marqueront définitivement l'histoire et le répertoire des formes du mobilier en Dauphiné. Associant marqueterie, loupe, ronce, bois de fil, essences rares et locales, bois naturels et teintés, du style Louis XIV au Louis XVI triomphant, objets de la vie quotidienne et mobilier d'apparat constituent une production d'une diversité extraordinaire. Du règne de Louis XIV à la Révolution, aristocratie et bourgeoisie dauphinoises sollicitent les Hache pour une simple réparation comme pour d'importants aménagements domestiques, établissant la remarquable réussite de leur négoce et constituant un patrimoine qui continue de faire la fierté et la fortune des collectionneurs.

Il a existé bien sur en province d’autres écoles connues : Nogaret à Lyon, très connu et caractéristique mais uniquement menuisier en siège, les Couleur à Montbéliard intéressants mais peut être moins originaux.
La production des Hache seuls ébénistes provinciaux de cette originalité peut légitimement rivaliser aujourd’hui avec celle de leur confrère de la capitale, leur développement aidé par un sens commercial aiguisé (étiquettes publicitaires collées dans certains meubles et doublant quelque fois l’estampille), et la protection des Grands du jour (Duc d’Orléans) et de commandes publiques.
 


 

THOMAS HACHE (1664-1747), LE PÈRE
 
Originaire de Toulouse, le premier représentant de cette famille, Thomas, s’établit à Grenoble (Maître ébéniste en 1701) après un passage à Paris et Chambéry. Influencé par l’Italie proche, il crée à partir de bois d’essences locales travaillées de fil, de la loupe, de la ronce, souvent teintés vert, rouge ou « brûlé », extrêmement originaux et caractéristiques, des meubles variés vendus à une clientèle de gros propriétaires et parlementaires dauphinois.

Petite commode à façade légèrement galbée ouvrant à trois tiroirs, montants antérieurs arrondis. Elle est entièrement décorée sur les trois faces d’une marqueterie foisonnante à l’italienne en bois d’essences indigènes très caractéristiques de l’ébéniste. Pieds antérieurs en bois doré sculptés de feuilles d’acanthe. Dessus de marbre.

Provenance : Vente à Clermont Ferrand du 13 juin 1984. Contenu du château du Triors en Dauphiné. Lot n° 347 du catalogue. Vente à Lille, le 10 décembre 2000 par Maître Mercier. Collection privée depuis cette date.

Estimation : 30 / 50 000 €
 


           


 
PIERRE HACHE (1703-1773), LE FILS

Le fils, Pierre, avec lequel il s’associe, travaille dans le même esprit (d’où quelque fois la difficulté à attribuer les ouvrages à l’un ou à l’autre), puis s’émancipe progressivement et créer lui-même un style différent caractérisé par de grandes plages de placage mais toujours avec des bois d’essences locales (bruyère, chêne , acacia, érable, sycomore...) et très peu de bois exotiques.

Importante commode ouvrant à trois tiroirs sur deux rangs, les montants saillants à larges chanfreins. Beaux décors de marqueterie « à L’italienne » de rinceaux feuillagés et cornes d’abondance sur des fonds en loupe de bois indigènes certains teintés verts, rouge ou brûlés, dans des réserves mouvementées en façade et sur les côtés. L’ensemble bordé de deux galons à motif de « petites mains ». Garniture de bronze feuillagée rocaille. Pieds antérieurs cambrés, les montants arrière plats terminés par des pieds de section carrée allant en diminuant vers la base. Dessus de marbre rose veiné postérieur.

Estimation : 40 / 60 000 €
 

 



JEAN-FRANÇOIS HACHE (1730-1796), LE PETIT-FILS

La dynastie se poursuit avec trois fils également ébénistes, le plus connu étant Jean-François qui à son tour, ayant travaillé avec ses père et grand-père tout en reprenant l’usage des mêmes essences de bois, fait évoluer les décors et les formes avec le développement du style Louis XVI, mais là encore, qui reste très marqué et différent des motifs et des bois utilisés par ses confrères parisiens.

Important et rare bureau de pente de milieu à panneau à lamelles mouvantes en merisier à décor marqueté de réserves géométriques de bois indigènes, ouvrant en ceinture par deux demi-caissons de deux tiroirs chacun et deux tirettes latérales. Les traverses chantournées et chanfreinées. Il repose sur quatre forts pieds cambrés à sabot.    

Estimation : 20 / 30 000 €

 





Informations pratiques
Mobilier et Objet d'art
Samedi 26 novembre 2022
70, rue Vendôme 69006 Lyon

Date d’exposition publique :
Jeudi 24 novembre Vendredi 25 novembre

Information grand public :
lyon@debaecque.fr